IurisMa

Savez-vous que la chaise électrique a été inventée par un dentiste ?!

La chaise électrique, instrument d'application de la peine de mort par électrocution, a été mise au point à la fin des années 1880 par Harold P. Brown et Alfred P. Southwick, dentiste américain. Elle fut une méthode d'exécution répandue aux Etats-Unis durant le 20e siècle, affublée de surnoms tels que " Sizzlin' Sally ", " Old Smokey ", " Yellow Mama " et " Gruesome Gertie ". Mourir sur la chaise électrique se dit familièrement " Riding the lightning " (chevaucher la lumière).
Le condamné à mort assis et attaché sur une chaise spéciale, on lui applique des électrodes sur certaines parties du corps, généralement sur le crâne en partie rasé et sur une jambe. Une meilleure conductivité est assurée par la mise en place d'éponges imbibées de solution conductrice (électrolytes) entre les électrodes et la peau ; jusqu'aux années 1920, on se contentait de bien mouiller la zone de contact.

Puis une forte différence de potentiel est appliquée entre les électrodes, résultant en un fort courant électrique dans le corps et une électrisation. Les modalités ont varié au fil du temps mais restent basées sur des cycles automatiques. Une première électrocution de 2000 volts pendant une dizaine de secondes permet de diminuer les résistances de la peau, et d'entraîner une perte de conscience. Puis après une pause de quelques secondes, le courant est envoyé à nouveau pendant une vingtaine de secondes, avec une tension abaissée à environ 500 volts afin d'éviter que le corps, dont la température peut atteindre 59°C, ne prenne feu. Les fonctions vitales du condamné sont ensuite vérifiées afin de s'assurer qu'il est bien mort.
Le premier condamné à mort exécuté sur la chaise électrique fut "William Kemmler", le 6 août 1890, condamné pour avoir assassiné "Tillie Ziegler", sa concubine, avec une hache.

free joomla templatejoomla template
2021  iurisma   globbers joomla templates