IurisMa

Le gouvernement indonésien a décidé d’interdire à ses citoyens de se faire recruter comme domestiques dans 21 pays arabes, dont le Maroc.

Le ministre du travail indonésien, Muhammad Hanif Dhakiri a annoncé l’interdiction de placement des domestiques indonésiens dans les pays maghrébins et ceux du moyen-orient, et pour cause les mauvaises conditions de travail dont souffrent ces employés chez les particuliers, des abus qui vont des horaires de travail extrêmement longues à la privation de congé, en passant par des violences diverses physiques et morales, la saisie et la conservation du passeport par l'employeur, et des salaires indécents. 

 
L'interdiction devrait entrer en vigueur dans trois mois et sera très probablement permanente. «Selon la loi, le gouvernement a le droit d'interdire l'envoi de travailleurs migrants dans certains pays, s'il pense que leur travail est dégradant pour les valeurs humaines et la dignité de la nation» a indiqué le minsitre. Toutefois, les domestiques qui travaillent déjà dans ces pays seront autorisés à y rester.
L’archipel avait déjà promis de voler au secours de ses domestiques travaillant à l'étranger et spécialement dans les pays du moyen-orient suite aux nombreuses plaintes reçues pour mauvais traitement, qui n'ont cessé d'augmenter ces dernières années. Mais semblerait-il que la goutte d'eau qui a fait déborder le vase pour Jakarta c'est l’exécution récente en Arabie Saoudite de deux Indonésiennes condamnées pour meurtre. Perçues comme victimes d'une injustice, l’exécution a soulevé une vague d’indignation.

La liste noire comprend : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Arabie saoudite, Bahreïn, Irak, Iran, Koweït, Liban, Mauritanie, Egypte, Oman, Pakistan, Palestine, Qatar, Soudan du Sud, Syrie, les Émirats arabes unis, le Yémen et la Jordanie.
free joomla templatejoomla template
2021  iurisma   globbers joomla templates